Même si Paris vit la nuit

Publié le par HélèneMêmesi

Même si Paris vit la nuit

Même si Paris vit la nuit aux sons des lumières
Des illuminés ont nui à la vie
Même si Paris vit la nuit aux rythmes des astres
Cette nuit de désastre ne sera jamais finie

Même si j'ai quitté Paris
Nous les avons sillonné ces lieux pluriels. De vie, de fête et de joyeux foutoir.
Amis de toujours ou du hasard, nous les avons foulé ensemble ces trottoirs.
Nous les avons noués ces conversations, ces liens.
Dans ces lieux. De légèreté et de baisers où tant d'amoureux se sont étreints.
Nous les avons remplis ces lieux. De nos rires aux éclats et de nos éclairs de lucidité.
Lieux où désormais la détresse étreint, où les gorges sont noués et les vies en éclat.
Nous aurions pu y être. Ils y étaient. Ils ne sont plus.

Même si Paris résonne en nous
Tant de lieux, tant de liens partout anéantis. A feu et à sang.
Tant de nuits volées, tant d'âmes envolées. A jamais happées.
Exsangue Syrie. Livide Liban. Tragique Tunisie. Attristante Turquie. Inerte Érythrée.
Et tant de lumières funestes, tant d'étoiles fanées dans l'air du temps.

Même si Paris vit la nuit
Même si l'avenir est incertain
Place aux fragiles lueurs de l'aube
Pour que résistent encore tous les lieux d'infini
Et toutes les ondes de paix
Et tous les oiseaux de nuit
Et toutes les plumes à gratter
Et toutes les pattes à papier
Et tous les becs à penser
A jamais épris de liberté

Commenter cet article

Marc 17/11/2015 10:37

C'est très beau, à la fois grave comme le sang qui coule et léger comme une plume qui vole. Ta poésie soigne mon âme meurtrie.

HélèneMêmesi 17/11/2015 21:56

Merci Marc. Tes mots sont très très touchants.

Véronique 16/11/2015 20:59

<3 <3 <3
C'est magnifique, merci.
Je n'avais pas encore réussi à pleurer sur ces évènements, par besoin de me protéger peut-être, mis une distance. Et voilà que la poésie...
Rien ne vaut la poésie

HélèneMêmesi 16/11/2015 21:14

Merci Véronique. Durs de trouver les mots.