Même si je ne suis pas fan de foot

Publié le par Hélène Mêmesi

Picture by Irizium
Picture by Irizium

Même si je ne suis ni fan de foot ni trop télé, j'ai fait le plein de ballon rond avant l'arrivée du Trublion. Au coeur de l'été 2014, coupe du Monde et position allongée de mise obligent, j'ai supporté plusieurs équipes de foot...ça change des visionnages de la série Call the midwife. Côté bisontin, le match était en effet serré pour que le Trublion ne soit pas sur la touche trop tôt ! Après avoir risqué la relégation, j'ai fait un maximum d'amortis pour éviter le carton rouge suite à une obligation de jouer à domicile les dernières semaines de grossesse... Pas toujours facile le mercato de la maternité.

Même si la surface de jeu était assez réduite, j'ai opté pour le ballon à de nombreuses reprises histoire de préparer au mieux la venue du Trublion et décrocher le 1er titre de femme-ballon... Le ballon suisse (alias swissball) est très vite devenu un allié incontournable pour rester en mouvement face à une interdiction de sortie par ma coach. Alors hop là, j'ai fait des ronds et des tours de ballon et encore des ronds sur le swissball pour détendre le bas du dos, préparer le périnée et j'en passe ! Hop là, je mettais aussi parfois les pieds sur le ballon pour faire remonter un peu le Trublion et permettre une bonne circulation dans les jambes. Avant d'arriver près du but, mon co-équipier et moi avons suivi un véritable entraînement sportif en rejoignant le club des primipares et en s'essayant à différents exercices plus ou moins acrobatiques vus sur le DVD Positions d'accouchement du Dr de Gasquet. La surface de préparation était bien atteinte et l'équipe était prête à ouvrir le score.

Et le jour J ? Après avoir créé une première occasion, le Trublion est finalement arrivé sans temps additionnel ni prolongation. Accompagnée de mon co-équipier de choc, j'ai alors mouillé le maillot et repris possession du ballon pour fouler la pelouse de la maternité, faire des ronds face aux contractions, respirer, souffler... A partir de la 6e heure nous commençons à rentrer vraiment dans le match. Nouvelle interception du ballon, reprise de volée, accélération eeeeeeeeeeet buuuuuuuuuuuuut ! Après 9 heures de jeu, le Trublion faisait une apparition fulgurante sur le terrain pour devenir l’atout numéro un de la Ligue bisontine pour une saison 2014/2015 exceptionnelle. Tactiquement, je dirai qu'on a réussi à poser notre jeu même si la fatigue s'est fait sentir. Techniquement, on a trouvé un rythme pour faire de bons appels et avoir une bonne détente...

Et après le jour J ? A fond les ballons toujours avec les pieds en suspension pour faire remonter l'utérus et des tours de ballon pour raffermir le périnée. Oui je sais, ça fait rêver ! Et aujourd'hui ? A fond les ballons encore et toujours avec un ballon à domicile histoire de faire quelques ronds au passage et un autre dans mon bureau histoire de se détendre un peu en tapotant sur le clavier... Sans oublier, les cours de gym douce maman-bébé avec Le Trublion en guest star et Lou Boillon à Besançon. Histoire de retrouver un équilibre et une silhouette de rêve ! Après avoir ouvert le score, je ne sais pas encore comment j’aborderai les prochains matchs mais je les vivrai à fond...les ballons.

>> Prochain épisode : Même si je chante faux...

Commenter cet article

Filou 31/05/2015 12:04

Au contraire, je dirais que le football est une belle métaphore. A partir de là, l'important c'est les trois premiers câlins, et il faut prendre les bébés les uns après les autres.

Hop là ! 13/06/2015 22:23

Merci Filou pour ton commentaire sportif ! Tenez nous au courant quand votre Trublion fait son entrée sur le terrain :)

Marc 30/05/2015 11:59

Bravo pour ce billet. Belle métaphore filée. Et moi qui n'aimait pas ça au lycée...

Hop là ! 13/06/2015 22:24

Merci Marc. Ravie que ce billet permette d'aimer les figures de style :) Vive les métaphores filées et les ballons dans les filets !